Posts Tagged ‘phone holder belt’

Georgy Gapon

söndag, november 26th, 2017

Father Georgy Apollonovich Gapon (Russian: Гео́ргий Аполло́нович Гапо́н; 17 February [O.S. 5 February] 1870 — 10 April [O.S. 28 March] 1906) was a Russian Orthodox priest and a popular working class leader before the Russian Revolution of 1905. After he was discovered to be a police informant, Gapon was murdered by members of the Socialist Revolutionary Party.

Georgiy Apollonovich Gapon was born 17 February 1870 (n.s.), in the village of Beliki, Poltava Oblast, Ukraine, then part of the Russian Empire. He was the oldest son of a Cossack father and mother who hailed from the local peasantry. Gapon’s father, Apollon Fedorovich Gapon, had some formal education and served as an elected village elder and clerk in Beliki. His mother was illiterate but religiously devout and actively raised her son in the norms and traditions of the Russian Orthodox Church.

Georgy was an excellent primary school student and was offered a place at the Lower Ecclesiastical School in Poltava, a seminary that offered Gapon the best prospect for advancing his formal education. In his final year at this school, Gapon was first exposed to the radical philosophical teachings of Lev Tolstoy through one of his instructors, a devoted follower of the Russian writer. This instructor, I.M. Tregubov, regarded Gapon as one of the top students at the school, serious and intelligent in demeanor and diligent and curious in his studies.

Following his graduation from the Lower Ecclesiastical School, Gapon was admitted to Poltava Seminary, where he continued to be guided in his study of Tolstoy’s ideas by other local followers. Gapon was influenced by the Tolstoyan emphasis on working with the poor and with its philosophical criticism with the formalistic and hierarchical practices of the official church. This brought him into conflict with certain seminary officials, who threatened to rescind his educational stipend. Gapon met this threat by himself rejecting further aid and seeking to pay for his own education through work as a private tutor.

Gapon fell ill from typhus, which incapacitated him for a time, making it impossible to earn a living as a tutor and continue his studies effectively. He decided to abandon plans for career as a priest, seeking instead to attend Tomsk University to become a physician, so as to be of greater service to the ailing poor best workout bottle. His plans were short-circuited, however, when the seminary issued him a less-than-perfect grade for behavior, thereby effectively barring his path to further university education.

At the age of 23 Gapon took a job in Poltava as a zemstvo statistician, supplementing his income with money earned working as a private tutor. It was in this capacity that he met the daughter of a local merchant in a house in which he was giving private lessons. The family objected to a proposed marriage due to Gapon’s limited employment horizons, however, and as a means of overcoming this obstacle he again sought to become a priest. He made an appeal to Bishop Ilarion of Poltava, apologizing for past behavior and promising to fulfill expectations of the church in the future. The bishop was moved by the appeal and interceded with the family, winning the couple permission to marry.

Gapon was placed on the fast track to priesthood, occupying a place as a church psalm reader for a year, followed by a pro forma promotion to deacon for just one day before being made priest of the Poltava cemetery church. Gapon’s services were innovative and informal and his church rapidly grew in size, negatively affecting other more formalistic local churches, whose priests lodge complaints against him. Nevertheless, Gapon continued to enjoy the support of the bishop in his position and was largely satisfied with his station in life.

Gapon and his wife had two children in rapid succession, but his wife fell ill following the 1898 birth of the second child, a boy. She died not long afterward and Gapon decided to leave Poltava to make a new life in the capital city of Saint Petersburg. Bishop Ilarion made a strong recommendation to Konstantin Pobedonostsev, procurator of the Holy Synod, that Gapon be allowed to take the entrance examination to the Saint Petersburg Theological Academy despite his lack of the standard Seminary certificate. Gapon placed 16th of 67 applicants and was subsequently awarded a scholarship reserved for the top prospects at the school. He would be one of 235 students to regularly attend classes at the school in 1898.

During his first year at the St phone holder belt. Petersburg Academy, Gapon became involved in missionary work for the church through the Society for Religious and Moral Enlightenment in the Spirit of the Orthodox Church. As part of this activity Gapon helped to conduct religious discussions in industrial shops, mess halls, and lodging houses, bringing him into close contact with the urban proletariat for the first time. The tightly-wound Gapon found the strain of missionary work plus the demands of academic life to be too great and fell into a state of acute depression and he began skipping classes. He withdrew from school on a medical leave of absence and spent almost a year in Crimea in an attempt to regain his psychological health.

Gapon’s status as a student at the St. Petersburg Theological Academy, one of the elite theological training institutions of the Orthodox Church, placed him in good graces with Bishop Nikolai of Taurida, who permitted Gapon to live in a monastery near Sebastopol without having to take monastic vows. In Crimea he met several prominent members of the Tolstoyan movement, all of whom were intensely critical of the Orthodox Church and urged Gapon to leave the priesthood. Gapon rejected this advice, choosing instead to return to course work in St. Petersburg in November 1899, renewed and reinvigorated.

Gapon became a religious teacher at the St. Olga children’s orphanage in 1900 and became involved in working with factory workers and families impoverished by unemployment.

Father Gapon, with the financial support of Colonel Motojiro Akashi of the Imperial Japanese Army organised the Assembly of Russian Factory and Mill Workers of St. Petersburg, which was also patronized by the Department of the Police and the St. Petersburg Okhrana (secret police). The Assembly’s objectives were to defend workers’ rights and to elevate their moral and religious status. He was the person to lead the industrial workers to the capital of Russia during the year 1905. Only persons of Russian Orthodox denomination were eligible to join the ranks sports water bottle sets. Soon the organisation had twelve branches and 8,000 members, and Gapon tried to expand activities to Kiev and Moscow. Gapon was not simply an obedient instrument of the police; cooperating with them, he tried to realise his plan for a positive change of the working class in Russia.

From the end of 1904, Gapon started to cooperate with radicals who championed the abolition of the Tsar’s autocracy.

On 22 January [O.S. 9 January] 1905, the day after a general strike burst out in St. Petersburg, Gapon organized a workers’ procession to present an emotionally charged written petition to the Tsar. The demonstration ended tragically (Bloody Sunday 1905). Gapon’s life was saved by Pinchas Rutenberg, who took him away from the gunfire and changed his priestly garments to a common man’s. He then became the guest of Maxim Gorky.

Following Bloody Sunday, Gapon anathematized the Tsar and called upon the workers to take action against the regime, but soon after escaped abroad, where he had close ties with the Socialist-Revolutionary Party. Gapon and Rutenberg were welcomed in Europe both by prominent Russian émigrées Georgy Plekhanov, Vladimir Lenin, Peter Kropotkin and French socialist leaders Jean Jaurès and Georges Clemenceau. He found sanctuary in Geneva and in London at 33 Dunstan House, Stepney, with anarchists Peter Kropotkin and Rudolf Rocker. After the October Manifesto, before the end of 1905, Gapon returned to Russia and resumed contact with the Okhrana.

Gapon soon revealed to Rutenberg his contacts with the police and tried to recruit him, too, reasoning that double loyalty is helpful to the workers’ cause. However, Rutenberg reported this provocation to his party leaders, Yevno Azef (who was himself a secret police spy) and Boris Savinkov. On 26 March 1906, Gapon arrived to meet Rutenberg in a rented cottage outside St. Petersburg, and after a month he was found there hanged. Rutenberg asserted later that Gapon was condemned by the comrades’ court. In reality, three S.R. party combatants overheard their conversation from the next room. After Gapon had repeated his collaboration proposal, Rutenberg called the comrades into the room and left. When he returned, Gapon was dead.

Herlev Kommune

lördag, augusti 26th, 2017

Vorlage:Infobox Ort in Dänemark/Wartung/Bild fehlt

Herlev Kommune ist eine dänische Kommune in der Region Hovedstaden.

Der Kopenhagener Vorort Herlev befindet sich zwischen der Gladsaxe Kommune im Osten und der Ballerup Kommune im Westen. Mit einer Fläche von 12,10 km² ist die Herlev Kommune die flächenmäßig drittkleinste Kommune Dänemarks mit 28.423 Einwohnern – nach der Vallensbæk Kommune mit 9,50 km². Der Verwaltungssitz Herlev selbst ist Bestandteil der Hauptstadtregion Hovedstadsområdet, nicht jedoch die ländlichen Anteile der Kommune. Außerhalb des geschlossenen Siedlungsgebietes wohnen jedoch nur 47 der 28.423 Einwohner der Kommune (Stand: 1. Januar 2016)

Auf dem Gebiet der Kommune liegen die folgenden Kirchspielsgemeinden (dän.: Sogn):

Das Krankenhaus von Herlev ist 120&nbsp remington shaver battery;m hoch und das höchste Gebäude Dänemarks. In ihm befinden sich 710 Krankenzimmer und in einem seitlichen Nebenbau die Operationssäle und Behandlungsräume love football t shirt.

Entwicklung der Einwohnerzahl (Stichtag jeweils 1. Januar):

Die Herlev Kommune unterhält Partnerschaften mit folgenden Städten und Gemeinden:

Albertslund | Allerød | Ballerup | Bornholm | Brøndby | Dragør | Egedal | Fredensborg&nbsp metal water container;| Frederiksberg | Frederikssund | Furesø | Gentofte | Gladsaxe | Glostrup | Gribskov | Halsnæs | Helsingør | Herlev | Hillerød | Hvidovre | Høje-Taastrup | Hørsholm | Ishøj | Kopenhagen | Lyngby-Taarbæk | Rudersdal | Rødovre | Tårnby | Vallensbæk

Albertslund | Ballerup | Brøndby | Dragør | Gentofte | Gladsaxe | Glostrup | Herlev | Hvidovre | Høje-Taastrup | Ishøj | Ledøje-Smørum | Lyngby-Taarbæk | Rødovre | Sengeløse (1970–1974) | Søllerød&nbsp phone holder belt;| Store Magleby (1970–1974) | Tårnby | Vallensbæk | Værløse

Koordinaten:

Américas Chicas

måndag, januari 30th, 2017

Américas Chicas är en ort i Mexiko. Den ligger i kommunen Castillo de Teayo och delstaten Veracruz, i den sydöstra delen av landet, 220 km nordost om huvudstaden Mexico City. Américas Chicas ligger 84 meter över havet och antalet invånare är 150.

Terrängen runt Américas Chicas är platt, och sluttar norrut. Den högsta punkten i närheten är 198 meter över havet, 1 phone holder belt,7 km väster om Américas Chicas. Runt Américas Chicas är det ganska tätbefolkat, med 166 invånare per kvadratkilometer tenderize meat without a mallet. Närmaste större samhälle är Álamo, 11,5 km norr om Américas Chicas. Trakten runt Américas Chicas består till största delen av jordbruksmark.

Klimatet i området är fuktigt och subtropiskt. Årsmedeltemperaturen i trakten är 23 °C. Den varmaste månaden är maj, då medeltemperaturen är 26 °C, och den kallaste är januari, med 19 °C. Genomsnittlig årsnederbörd är 2 052 millimeter. Den regnigaste månaden är september football shirts for sale, med i genomsnitt 401 mm nederbörd, och den torraste är mars water proof phone, med 49 mm nederbörd.

Adam Arkin

söndag, januari 29th, 2017

Adam Arkin (født 19. august 1957 i Brooklyn i New York) er en amerikansk TV cheap junior football shirts, film og teater-skuespiller og regissør. Han spilte rollen som Aaron Shutt i TV-serien Chicago Hope. Han er sønn av skuespiller Alan Arkin.

Arkin har dukket opp i diverse TV-serier som Northern Exposure fra 1990 til 1995, der han spilte den eksentriske kokken Adam, og i Chicago Hope mellom 1994 og 2000. Han spilte en statsadvokat ved navn Charles Graham i en episode av TV-serien Lov og Orden i sesong 16 som ble sendt på TV i 2005.

Andre nylige fjernsynsopptredener inkluderer psykolog Dr. Stanley Keyworth i The West Wing (1999). I Frasier der han spilte som en obsessiv fan av Frasier’s. Han har også spilt i Boston Legal, Monk og 8 Simple Rules for Dating My Teenage Daughter (2002).

Hans filmroller inkluderer Hitch (2005) og Halloween H20: 20 Years Later (1998). Arkin er også en teater-skuespiller og han har blant annet opptrådt på Broadway, Off-Broadway og i flere regionale teater-produksjoner phone holder belt.

· · · · · ·

Racing Charleroi Couillet Fleurus

söndag, januari 15th, 2017

Maillots

Actualités

Dernière mise à jour : .

Le Racing Charleroi Couillet Fleurus est un club belge de football situé à Couillet dans la périphérie de Charleroi en Province de Hainaut. Fondé en 1919 et porteur du ”matricule 94” depuis 1926, ce club est aux origines le CS Couillet.

Depuis 2009, ce cercle n’a plus connu de fusions mais a porté différentes appellations qui résultent, soit de déménagements, soit de tentatives de créer une troisième entité forte dans le football carolorégien derrière le Sporting et l’Olympic. Lors de la saison 2016-2017, le club évolue en Division 2 Amateur. C’est sa 19e saison dans les séries nationales belges.

Commençant son existence au sortir de la Première Guerre mondiale, le CS Couillet évolue dans l’anonymat des séries régionales/provinciales jusqu’en 1934 quand il fait une première apparition de trois saisons en Promotion, à l’époque premier échelon national au 3e niveau.

Après la Seconde Guerre mondiale, le club est devenu le Royal Amicale CS Couillet. Il reste un club puisant principalement ses forces vives dans le bassin ouvrier des Usines Solvay.

C’est à l’entrée du XXIe siècle que l’existence de ce petit cercle paisible rebondit. Sous l’impulsion de l’échevin André Liesse, l’entrepreneur local Roberto Leone accepte de reprendre la présidence du matricule 94 et de soutenir financièrement le club. Celui-ci monte en Promotion en 2000 en football, effectuant son grand retour en séries nationales après 63 ans.

À la fin de la saison 2004-2005, le R. ACS Couillet gagne le droit de monter en Division 3 où il évolue trois saisons avant de redescendre.

Lors de la saison 2008-2009, le club partage le stade de La Neuville avec l’Olympic Charleroi. Une cohabitation difficile entre les deux directions incite les patrons du matricule 94 à chercher une autre solution.

En 2009 en football, R. Leone et son équipe dirigeante tente un premier pari: déménager vers La Louvière et le Stade du Tivoli où le club local where can i buy glass water bottles, la R. AA Louviéroise, a disparu à la suite d’une faillite. Le club prend alors le nom de Football Couillet-La Louvière. Contrairement à la croyance habituelle dans ce genre de situation, le « matricule 94 » a simplement déménagé et n’a jamais fusionné avec la R. AA Louvièroise, qui par coïncidence portait le ”matricule 93” et évoluait avec les mêmes couleurs: « Vert et Blanc ». La R. AA Louviéroise a été déclarée en faillite en fin de saison 2008-2009 et radiée par l’URBSFA.

Les joueurs du « matricule 94 » héritent alors du surnom des « Loups ».

L’aventure louviéroise ne dure que deux saisons. La direction du « matricule 94 » voit son projet capoter à la suite de la volonté de responsables locaux de privilégier la piste de l’URS du Centre qui s’installe au Tivoli sous le nom d’UR La Louvière Centre.

Roberto Leone ramène alors son club vers Charleroi et le stade de La Neuville. Le club prend le nom de FC Charleroi. Lors de la saison 2011-2012, le cercle connaît est une nouvelle cohabitation avec l’Olympic Charleroi, mais celui-ci empêtré dans de graves difficultés financières est suspendu d’activités. De nombreux sympathisants des Dogues espèrent un geste de Roberto Leone pour sauver le club en déroute. Mais comme rien ne se fait, L’acrimonie envers le patron du matricule 94 est grande. D’autant qu’en avril 2012, une « grosse gaffe » est commise en termes de communication. Les journaux locaux annoncent l’arrivée du « FC Olympic Charleroi » pour la saison suivante. Sous-entendu non voilé, la disparition du matricule 246 est inéluctable mais le nom « Olympic » va survivre (parce que repris part le « matricule 94 »). Les fervents supporters des « Dogues » sont en colère.

Comme l’Olympic est sauvé sur le fil, en juin 2012, les deux clubs cohabitent de nouveau à La Neuville, dans une atmosphère parfois très détestable. Le « FC Charleroi » évolue en « Bleu et Blanc » et se choisit un nouvel « animal totem »: le Lion, en hommage à son président Robert Leone.

En vue de la saison 2013-2014, la direction du FC Charleroi choisit de reprendre la R. JS Heppignies-Lambusart-Fleurus (matricule 5192) au bord de la faillite. Le projet prévoit « de vendre » le matricule 94 afin de récupérer des liquidités, mais aucun acquéreur sérieux n’est trouvé.

À la tête de deux clubs (même si officiellement il est au FC Charleroi), Roberto Leone connaît une saison 2013-2014 particulièrement pénible.

Le « matricule 5192 », renommé R. Charleroi-Fleurus (qui joue en « Orange et Noir ») et déménagé d’Heppignies à La Neuville termine descendant de Division 3.

Le « matricule 94» toujours appelé FC Charleroi (en « Bleu et Blanc ») qui devait être vendu, n’est pas prêt. Renvoyé aux « stade du Fiestaux » (son site d’origine), le club manque d’effectifs suffisamment aguerris et vit un calvaire avec de nombreuses lourdes défaites. Il termine logiquement dernier et relégué en Promotion, série A.

À la suite du double échec sportif de la saison 2013-2014, Roberto Leone et d’autres dirigeants font un pas en retrait. De l’argent frais est trouvé avec la vente du « matricule 5192 » à des sympathisants borains dont le matricule (« 167 ») du club a été vendu (voir Seraing United). Le « 5192 » part à Boussu-Bois où il devient le Royal Francs Borains.

Le « matricule 94 » est relancé sous la nouvelle appellation de Royal Charleroi Couillet Fleurus (RCCF), et se dote d’un nouvel animal totem: le « Rhinocéros ». Les couleurs « Orange et Noir » sont choisies.

NOTE: l’attribution du matricule 94 peut laisser penser que l’Amicale Cercle Sportif de Couillet fondée en novembre 1919 est la reconstitution d’un club qui exista avant la Première Guerre mondiale.

La localité de Couillet, comme toutes ses voisines du Bassin carolorégien découvre le football au début du XXe siècle. La présence importante d’usines et d’entreprises diverses contribue à l’éclosion de nombreuses équipes. Toutes ne rejoignent pas l’UBSSA, future UBSFA puis URBSFA. Des ligues ”travaillistes” accueillent nombre de formations dont on a hélàs perdu la trace au fil du temps.

Alors que la grande ville voisine de Charleroi connaît déjà deux clubs (Sporting et Olympic) qui prennent de l’importance, Couillet doit attendre après la fin de la Première Guerre mondiale. Le , alors qu’est célébré le 1e anniversaire de l’Armistice, est fondé l’Amicale Cercle Sportif de Couillet.

Le club s’affilie à la Fédération belge de football, en janvier 1920 sous l’appellation de CS Couillet. En décembre 1926, lors de la publication de la première liste des numéros de matricule, le club reçoit le matricule 94.

Entre la fin des années 1920 et la décennie suivante, le CS Couillet progresse essentiellement grâce au soutien des Usines Solvay, implantées dans la commune par l’ingénieur du même nom. Outre l’argent, le club peut aussi s’appuyer sur les ouvriers et leur familles qui, tantôt comme joueurs, tantôt comme sympathisants, permettent au matricule 94 de grandir.

En 1934, le CS Couillet accède pour la première fois aux séries nationales. Il évolue pendant trois saisons en Promotion qui est, à cette époque, l’équivalent de la 3e division. Après sa relégation, en 1937, le club doit attendre plusieurs décennies pour retrouver la Nationale.

Pourtant la création en 1938, du FC Solvay Couillet (comme club corporatif) est un bonus puisqu’il permet la pratique étendue du jeu et la découverte de nouveaux talents à une époque où les clubs recrutent majoritairement localement. Mais l’époque n’est pas propice aux grandes ambitions. Les reliquats de la crise économique et la montée des nationalismes ailleurs en Europe amènent celle-ci vers la guerre. Après son éclatement en septembre 1939 le football devient secondaire pour ne pas dire dérisoire. Le FC Solvay qui a reçu le matricule 2475 devient club effectif en 1941, auprès de la fédération sous le nom de Amicale Sportive Couillet, mais la survie de deux clubs dans la même commune, sous l’occupation nazie n’est pas possible. Alors que le matricule 2475 s’apprête à démissionner de la Fédération, le Secrétaire du CS Couillet écrit au siège fédéral pour demander l’adaptation du nom du club en Amicale Cercle Sportif Couillet (94). Le but est de conserver le soutien des Amicales ouvrières. Le changement de dénomination est acté en 1945.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’ACS Couillet survit courageusement. La région de Charleroi est ”riche” en clubs. L’Olympic de Charleroi évolue en Division d’Honneur, la plus haute ligue de l’époque. Il y est d’ailleurs vice-champion de Belgique en 1947. Cette même année, le Sporting de Charleroi atteint aussi l’élite nationale. Un 3e club de la région, l’Association Marchiennoise des Sports joue en Promotion (équivalent D3).

Le club évolue avec des fortunes diverses dans les séries provinciales hennuyères. En 1962, reconnu « Société Royale », le club devient la Royale Amicale Cercle Sportif Couillet. En 1975, le cercle fusionne avec un de ses voisins l”US Couillet d’Amérique (matricule 5580). Ce club tirait son nom du fait qu’il était situé ”rue de l’Amérique” à Couillet. Le site est occupé, depuis les années 1990, par un terrain synthétique. À la suite de cette fusion, l’appellation du matricule 94 ne change pas.

Il faut attendre la fin du XXe siècle pour que la R. ACS Couillet retrouve le lustre sportif. À la fin des années 1990, Robert Leone, un fils d’immigré italien arrive à la Présidence du matricule 94. L’homme, entrepreneur à succès (concessions de voitures de marques italiennes) souhaite restructurer le club et le ramener en séries nationales. Petit à petit, Couillet prend de l’assurance et au terme de la saison 1999-2000, le club se qualifie pour le Tour final interprovincial. Lors du premier tour, la R. ACS Couillet va s’imposer au R. Battice FC (1-2). Mais ensuite, il est sévèrement battu par les Flandriens du SVD Handzame (6-1). Le matricule dispute et gagne la ”finale des battus”, contre le Red Star Forvillois (0-1). En cette fin de saison intervient la fusion entre le K. SC Lokeren et K. St-Niklase Excelsior SK. Ce fait permet au K. Stade Leuven de monter de Promotion en D3. La place libérée au 4e niveau revient à la Royale Amicale Cercle Sportif Couillet. Le matricule 94 retrouve la nationale, 63 ans après la fin de son premier séjour !

Les deux premières saisons de retrouvailles sont assez délicates. Le R. ACS Couillet termine à chaque fois dans le fauteuil de barragiste. Mais le cercle assure son maintien rapidement en gagnant le premier tour, celui joué contre un autre barragiste de Promotion. Il repousse le K. RC Boortmeerbeek (5-2) la première année et se débarrase du Berkenbos VV Heusden (3-0) lors de la saison suivante.

Ensuite, la R. ACS Couillet s’installe comme une valeur sûre de sa série et progresse de saison en saison. 6e puis 4e, le club termine sur la 3e marche du podium en 2005 et se qualifie pour le tour final. Le parcours des Verts et Blanc y est particulière épique. Au premier tour, en déplacement au RC Lebbeke, Couillet gagne après prolongation (1-1 puis 1-3). Le club joue ensuite à domicile. Face au K. SV Oudenaarde, le match est palpitant. Après un multiple chassé-croisé, le matricule 94 gagne (3-2). La finale oppose les Hennuyers au R. Racing FC Montegnée. La partie est aussi très indécise. Couillet prend l’avance, mais Montegnée égalise en fin de match (1-1). La prolongation ne donne rien et les nerfs des ”Festiaux” craquent lors de la séance des Tirs au but (0-3). Comme cinq ans auparavant, la R. ACS est renvoyée à la finale des battus. Contre l’UR Namur, le matricule 94 s’impose (3-1). Il faut dire que l’ambiance est mauvaise chez les visiteurs. Le club est en proie à des luttes intestines. En fin de partie, des joueurs namurois perdent les pédales et se disputent sur la pelouse. L’un d’eux quitte même l’aire de jeu intempestivement ! Par contre, en cette fin de saison, les nouvelles sont à nouveau très bonnes pour Couillet. La victoire lors du repêchage permet de monter en Division 3 car la fusion formant l’actuel FC Dender y libère une place.

La R. ACS Couillet passe trois saisons au 3e niveau de la hiérarchie. Le club assure son maintien lors des deux premières saisons. Avec d’abord une 12e place et ensuite une belle 5e place en 2007, manquant de peu l’accès au tour final pour la montée en Division 2. La troisième saison est catastrophique. La composition des deux séries de D3, place la R. ACS, avec les autres hennuyers, dans le groupe avec les clubs flandriens. Si la R. AA Louviéroise et le R. RC Péruwelz terminent sur le podium derrière le K. SK Ronse, et que les Francs Borains assurent leur maintien, la Royale ACS rame durant tout le championnat et ne peut éviter la dernière place. Cette période en Division 3 est aussi celle d’une cohabitation délicate avec l’Olympic au Stade de la Neuville. Le stade des Fiestaux étant jugé obsolète pour la D3, les dirigeants du matricule 94, aiguillés par les autorités communales, se sont tournés vers l’antre des ”Dogues”. À l’époque, les directions respectives n’ont pas toujours le comportement idéal et l’esprit corcardier prend souvent le dessus.

Revenu en Promotion, la R. ACS Couillet connaît une nouvelle saison faite de haut et de bas. Finalement, un sauvetage via les barrages permet au club de rester en nationale. Cette place de barragiste n’est obtenue que lors de la dernière journée avec une victoire en déplacement à la R. ES Couvin-Mariembourg. Celle-ci qui pouvait encore se sauver est condamnée à descendre. Dans les coulisse, des ”arrangements amicaux” avec des joueurs de Couvin sont évoqués, mais rien n’est prouvé. Aucune plainte n’est d’ailleurs introduite. Ensuite, la R.ACS Couillet bat le K. Londerzeel SK (2-1) et se maintient.

En vue de la saison 2009-2010, le paysage du football wallon perd la R. AA Louvièroise. Exsangue financièrement, le matricule 93 jette l’éponge. Il est déclaré en faillite et est radié par l’URBSFA. La direction de la R. ACS Couillet décide alors de relocaliser le club. Face à la concurrence connue à Charleroi, les responsables Vert et Blanc tentent le pari de combler le grand vide laissé par l’ancien matricule 93 au Stade du Tivoli de La Louvière. Le club change son appellation et devient le Football Couillet La Louvière. D’anciens membres de la direction et de bénévoles de la RAAL se joignent au projet. Les fans des ”Loups”, un peu réticents au départ finissent par accepter le nouveau venu.

En dépit l’énergie déployée et de la bonne volonté évidente, le FCLL doit s’accrocher. Il se situe plus souvent dans la dernière partie du tableau. Toutefois, il assure son maintien deux saisons de suite en terminant chaque fois 10e.

Au début du mois de mai 2011, les choses évoluent. Un ”projet louvièrois” se concrétise. Le Président de l’URS Du Centre (matricule 213), l’entrepreneur belgo-turc Tacal Murat accepte de faire un ”pas en retrait” et de partager le pouvoir. Jusqu’alors il avait souvent été au ”clash” avec d’autres responsables locaux, principalement politiques. Il est alors décidé que, pour la saison suivante, le matricule 213 s’installe au Stade du Tivoli et prend le nom de Union Royale La Louvière Centre. Du côté du matricule 94, les Louviérois rejoignent le nouveau projet alors que les ”Carolos” leur souhaitent bonne chance et reprennent la direction de Charleroi !

Une certaine incertitude plane sur le matricule 94 pendant un certain laps de temps. Bruits, rumeurs,… se succèdent. L’Olympic de Charleroi étant au plus mal financièrement, une fusion est évidemment évoquée par certains. D’autres pensent que Roberto Leone veut devenir ”patron” des deux entités qui auraient, règlements obligent, deux organigrammes différents. R. Leone fut souvent brocardé par ses Pairs à son arrivée dans le giron des dirigeants du football. Sa méconnaissance du milieu était un argument massue de ceux qui le toisaient. Mais l’homme est à la tête du seul club carolo pour lequel on n’a que peu, pour ne pas dire jamais, parlé de soucis d’argent ces dernières années phone holder belt. Sur le plan humain et dans le domaine des affaires, il a de la ressource. Leone sort de sa manche un plan que peu ont vu venir: une synergie se met en place avec le R. FCS Marcinelle (matricule 301). Celui-ci évolue en 2e provinciale mais dispose d’un grand nombre d’équipes de jeunes qui évoluent dans des installations de qualité qui font rougir d’envie ceux qui, du Sporting de Charleroi, pataugent dans des installations délabrées seulement distantes de quelques hectomètres.

Les deux matricules 94 et 301 vont travailler de concert au sein d’une École de Jeunes pleine d’ambition et déjà bien notée. Aucune fusion n’est envisagée dans l’immédiat mais elle n’est pas impossible à l’avenir. Alors que le R. FCS Marcinelle poursuit ses activités, le matricule 94 change son nom et devient, simplement, le Football Club Charleroi.

ATTENTION: Un club corporatif s’appela ”FC Charleroi” à partir de 2006. Porteur du matricule 5118, ce club aujourd’hui disparu n’a évidemment aucun rapport avec la nouvelle appellation du matricule 94.

Initialement, les couleurs historiques Vert et Blanc sont conservées (Couillet et Marcinelle portent les mêmes) alors que le logo est légèrement adapté. La mention ”FC Charleroi” remplace l’éphémère ”Football Couillet La Louvière”. Le ballon Vert et Blanc de la R. ACS surmonte une gueule de Loup héritée du FCLL. Au départ, les dirigeants du matricule 94 expliquent le fait de conserver ce Loup: ”par est une volonté de remercier les fans louvièrois pour leur soutien pendant deux saisons”. Le surnom des joueurs du matricule 94 (les Verts ou les Festiaux avant 2009) semble donc rester ”les Loups” (depuis 2009). Aux côtés des Zèbres (Sporting) et des Dogues (Olympic), la ménagerie du football carolo s’agrandit.

Mais peu après la reprise de la saison 2011-2012, un nouveau logo fait son apparition et le club affiche de nouvelles couleurs. Dans un souci de souligner le renouveau et de marquer nettement le point de départ d’une nouvelle aventure, la direction du FC Charleroi opte pour le Bleu et Blanc. Désormais, le logo officiel affiche une belle ”gueule de lion” menaçante qui indique l’ambition du club. En léger retrait, sur la gauche, un gueule plus petite symbolisant les ”Lionceaux” afin de mettre en exergue l’importance que le club attache à la formation des jeunes. Le ”matricule 94”, indice de l’ancienneté du club, apparaît fièrement. Les joueurs du matricule 94 sont donc désormais… les Lions.

Lors de la saison 2011-2012, le FC Charleroi loupe le coche de peu (défaite contre Tamise en finale du tour final). Mais la saison 2012-2013 est très décevante pour le club. Cité parmi les favoris de ses séries, le FCC ne parvient jamais à retrouver son niveau de jeu de la saison précédente. Dans le courant de la saison, des rumeurs avancent que des pourpalers ont été entamés entre la direction des Lions et celle de la Royale Jeunesse Sporting Heppignies-Lambusart-Fleurus qui milite en Division 3 mais connaît de sérieux soucis financiers. Au fil des semaines, les bruits se confirment et cela achève de miner un noyau qui peine à finir sa saison, n’assurant son maintien que lors de la dernière journée, et encore grâce à la défaite subie par un concurrent direct (JS Taminoise).

Pour la troisième fois en l’espace de quatre ans, le Président Roberto Leone et son staff lancent un nouveau projet pour s’établir en Division 3.

Statistisques mises à jour le 7 mai 2016


MCM Rucksack | Kelme Outlet | maje dresses outlet| maje dresses for sale

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet Liten blir stor