Posts Tagged ‘plastic water bottles’

Loss exchange ratio

söndag, augusti 13th, 2017

Loss exchange ratio is a figure of merit in attrition warfare. It is usually relevant to a condition or state of war where one side depletes the resources of another through attrition lint shaver canada. Specifically and most often used as a comparator in aerial combat, where it is known as a kill-ratio. For example, during the Korean War, American combat jets had a kill-ratio of 4-1 plastic water bottles.[dubious ] This means for every four aircraft shot down by an American aircraft, one American plane was shot down by an enemy fighter.

Loss exchange ratio has played a significant role in past wars, especially those that have devolved into stalemate and become wars of attrition. For example, the German objective at the Battle of Verdun (1916) during World War I was not the seizure of any strategic objective, but rather to inflict an LER of 2:1 on the French forces and thereby cripple the French army.[dubious ]

During the First Indochina War, Vo Nguyen Giap, the leader of the Viet Minh, told his French opposite number that ”you can kill ten of my men for every one I kill of yours, and at that rate, I will still triumph.” In fact, the LER was approximately 3:1 in favor of the French, and they did indeed withdraw in defeat. A total of 500 water containers,000+ Vietnamese were either killed, wounded or captured during the First Indochina War.

It is arguable that the concept of the Loss exchange ratio has become relatively less important in modern Western military doctrine, as some military theories[who?] posit that it is just as militarily effective to disrupt enemy forces and outmaneuver them, thereby reducing their combat effectiveness without necessarily inflicting massive casualties.

Kleine Wunder in Athen

fredag, augusti 11th, 2017

Kleine Wunder in Athen oder Akadimia Platonos (griechisch Ακαδημία Πλάτωνος) ist ein 2009 in Deutschland und Griechenland gedrehter Film von Filippos Tsitos. Der ursprünglich vorgesehene Titel lautete: De tha ginis ellinas pote, Alvane… (griechisch Δεν θα γίνεις Έλληνας ποτέ, Αλβανέ…, „Du wirst nie ein Grieche sein, Albaner…“).

Der Film wurde als Koproduktion von ZDF und ARTE in griechischer und albanischer Sprache gedreht. Er wird in deutschen Kinos seit 14. Juli 2010 aufgeführt.

Der Film spielt an einer ruhigen Kreuzung im Athener Stadtviertel Akadimia Platonos. Wie viele zentrumsnahe Viertel ist auch dieses durch sehr kleinteilige Apartmenthäuser der Nachkriegszeit geprägt plastic water bottles, die nach Wegzug der alten Bewohner hauptsächlich von Ausländern bewohnt werden und verfallen. Die verbliebenen zumeist armen Einwohner fühlen sich als Verlierer der Gesellschaft.

Der Ladenbesitzer Stavros verbringt die Tage, indem er mit seinen Freunden untätig vor seinem heruntergekommenen Laden im Athener Stadtviertel Akadimia Platonos herumsitzt. Als albanische Bauarbeiter im Auftrag der Stadt beginnen, ein Denkmal für „interkulturelle Solidarität“ zu errichten, stößt das auf den Widerstand der fremdenfeindlichen Freunde. Auch die Chinesen, die gegenüber von Stavros’ Laden mit beängstigendem Fleiß ein Geschäft für italienische Designermode aufmachen und immer zahlreicher zu werden scheinen, machen den Griechen Angst. Diese lästern über die Albaner und die Chinesen und haben ihren Spaß an dem Hund „Patriot“, den einer von ihnen dazu abgerichtet hat, alle Albaner anzubellen.

Stavros’ halb demente Mutter glaubt in dem Albaner Marengelen ihren verlorenen Sohn zu erkennen. Dass seine Mutter plötzlich fließend albanisch spricht, irritiert Stavros ebenso sehr wie der nun auch ihn verbellende Patriot.

Die Frage, wie viel Albaner in ihm selbst steckt, bringt sein Leben aus dem Gleichgewicht und auch die Weltsicht seiner Freunde ins Wanken.

Der Film erhielt den Preis der Ökumenischen Jury beim 62 tops football. Filmfestival von Locarno. Der Hauptdarsteller Antonis Kafetzopoulos erhielt von der Internationalen Jury den Preis für den besten Darsteller, die Jugendjury des Festivals zeichnete den Film als drittbestes Werk aus.

Der Film wurde für den LUX-Filmpreis 2010 des Europäischen Parlaments nominiert und drang bis in die Endrunde der drei besten Filme vor.

List of current pretenders

torsdag, mars 9th, 2017

A pretender is an aspirant or claimant to a throne that either has been abolished, suspended or is occupied by another. It should not be confused with the term impostor, which instead refers to a person who exercises deception under an assumed name or identity. A pretender may assert a claim and the term is also applied to those persons on whose behalf a claim is advanced, regardless of whether that person himself makes the claim.

Entries in this list are governed with respect to their relevant succession laws, whether hereditary or elective. Prominent and reliably sourced claims made on a person’s behalf are included regardless of whether that person stakes an active claim, provided that the person possesses a legitimate link to the line of succession. Claimants with no kinship to the dynasty, often distinguished as ”false pretenders”, are not listed.

A realm that was never diplomatically recognized by any state, is the Kingdom of Araucanía and Patagonia, a short-lived attempt at establishing a constitutional monarchy during the 19th Century. It claimed the far southern stretches of South America where the native Mapuche were fighting to maintain their sovereignty against the advancing Argentine and Chilean forces. In 1860, the Frenchman Orélie-Antoine de Tounens convinced the Mapuche chiefs that they would be better served in negotiations with the surrounding powers by a European leader, and he was elected ”king” over a loosely governed confederation of tribes. The proclaimed kingdom never exercised more than a marginal de facto sovereignty over a small area in present-day Chile, around a Mapuche town or tent camp called Perquenco. The efforts by Tounens to gain international recognition prompted an invasion by Chile, worried by the possibility of the establishment of a French protectorate in Araucania. The Chilean invasion resulted in Tounens’ capture and deportation. The last pretender is Jean-Michel Parasiliti di Para, since January 9 meat tenderizer liquid, 2014.

The current pretender to the Taiping Heavenly Kingdom, a rebel Chinese state that existed from 1851 to 1864, is unknown.

Following the Partition of India in 1947, the majority of princely states in the subcontinent acceded to either the Dominion of Pakistan or the Union of India. Official recognition of hereditary royal entitlements and accompanying privy purses was abolished in the Republic of India through a constitutional amendment on 28 December 1971. The same was done in Pakistan on 1 January 1972. In many cases, members of the former ruling families of princely states retain a considerable degree of political influence within their communities. Many leaders continue to be referred to by their claimed titles plastic water bottles, including most notably within the Supreme Court.

Nepal’s numerous small monarchies were collectively abolished by the federal government on 7 October 2008. At the time, the thrones of both Salyan and Jajarkot had been vacant since the deaths of rajas Gopendra Bahadur Shah and Prakash Bikram Shah respectively (both in 2003), and have remained vacant.

Former states of the British Aden Protectorate were united in the 1960s to form the People’s Republic of South Yemen, which became independent on 30 November 1967. South Yemen later merged with its northern counterpart to form the modern state of Yemen in 1990.

The thrones of England, Scotland and Ireland have not strictly been abolished but rather unified into the British Crown. The abolition dates given above refer to the acts of union which unified them, the Acts of Union 1707 and the Acts of Union 1800. The Jacobite claim to these thrones predates both Acts, dating from the Glorious Revolution of 1688.

The German Empire was a federation of a score of smaller monarchies, all of which are now abolished under modern republican Germany although a handful never abdicated their titles. As a result, there are a large number of claimants to various German thrones. Since the dissolution of the empire, however, a number of former royal households have become extinct in the male line, and are therefore not represented in the list below. Mecklenburg–Schwerin became extinct in 2001, Saxe-Altenburg in 1991, and Schwarzburg-Rudolstadt and Schwarzburg-Sondershausen in 1971.

Until the mid-nineteenth century, the Italian peninsula comprised a number of states, some of which were monarchies. During the Italian unification, the monarchs of such agglomerated states lost their sovereignty and their titles became purely ceremonial. The resultant throne of the Kingdom of Italy was held by the former king of Sardinia.

Crown prince Karlo Habsburško-Lotarinški

During the fall of the K.u.K. monrchy in 1918 the Sabor of the Kingdom of Croatia, Dalmatia and Slavonia with Rijeka declared the unification of all Croatian lands and ended the state union with Austria and Hungary, but never dethroned king Karlo I.(IV.). During the Independent State of Croatia 1941-1945 the Habsburgs were officially dethroned, but since today’s Republic of Croatia does not consider itself the successor of the Independent State of Croatia, following the succession rite king Karl’s grandson Karl von Habsburg-Lothringen is the first in line to succeed to the Croatian throne.

Crown prince Amedeo Zvonimir of Savoy-Aosta

Upon its independence from the kingdom of Yugoslavia in April 1941 the Independent State of Croatia was created under the protection of Italy and Germany. On the 15 May 1941 three laws on the crown of King Zvonimir were passed, which put the sovereignty of the state on the newly created crown, which made the country a kingdom. Three days later in Rome, Croatia signed the Treaties of Rome with Italy. Under the treaties the head of the House of Savoy appointed Prince Aimone as king. Aimone accepted the nomination, adopting the regal name ”Tomislav II” and received the royal regalia. He was forced to abdicate his throne on the orders of the Italian king Vittorio Emanuele III, before been crowned. Aimone formally renounced all claims in October 1943. Since his death on 29 January 1948, his eldest son Amedeo may be argued to be the heir to that throne.

In 1918, following Finland’s independence from Russia, the national parliament made an attempt to establish a monarchy under the reign of a German king. Prince Friedrich Karl, of the House of Hesse, was elected as King of Finland in October 1918. He renounced this throne two months later, without ever having taken up the position, and Finland subsequently adopted a republican constitution. For this reason, there is a dispute as to whether the House of Hesse may lay claim to this title, as many maintain that since the king-elect was never installed, the title was never officially bestowed, and thus no claim has any legal basis. The order of succession to the throne was never established. In 2002 Finnish newspaper Helsingin Sanomat declared Phillipp von Hessen, the great grandson of Friedrich Karl, as the current heir of throne. This was based on the assumption that the Finnish throne would have been separated from the senior line of the Hessen family.

The Chiefs of the Name are the hereditary chieftains of the Irish clans, who are directly descended from the Gaelic royal families which ruled in parts of Ireland until the beginning of the seventeenth century. Most prominent among these are:

Following the country’s independence from Russia in 1918, the Council of Lithuania voted to establish a monarchy, and invited Prince Wilhelm, the Duke of Urach, to take the throne as king. Wilhelm accepted the nomination in July 1918, and adopted the regnal name Mindaugas II. During the subsequent German Revolution, however, the Council withdrew its decision in November 1918, and Wilhelm was never crowned. His grandson Wilhelm Albert, Duke of Urach, is the head of the family since 9 February 1991. His marriage in 1992 was morganatic and so in 2009 his brother, Prince Inigo of Urach, visited Lithuania and announced that if offered the throne he would be ready to assume it.

Cinq familles

onsdag, mars 1st, 2017

Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Les Cinq familles sont des organisations mafieuses, originellement basées à New York, qui dominent de manière traditionnelle le crime organisé depuis le développement des États-Unis. D’origine italienne, ces familles sont depuis lors à l’origine de la perception de la communauté d’immigrants italiens dans le melting pot (creuset) américain. Ces cinq familles font partie des 25 familles de la mafia américaine.

Dans les années 1930, Lucky Luciano mit fin au bain de sang qui était le stade final atteint par la guerre des gangs ; ces derniers mirent en place la Commission qui régentait le Syndicat national du crime (National Crime Syndicate), mettant fin aux assassinats de membres par l’attribution concertée de secteurs territoriaux et d’activité de la pègre pris en charge par Cosa Nostra sur le sol nord américain.

Les cinq familles sont les familles Bonanno, Colombo, Genovese, Gambino et Lucchese.

Certaines, telle la famille Colombo, peuvent être appelées avec des noms de substitution ; elle est aussi connue sous le nom de famille Profaci car Joe Profaci fut pendant longtemps parrain de cette famille.

La famille Gambino a été fondée en 1890 par Giuseppe Battista Balsamo, parrain sicilien. Elle connut son apogée dans les années 1970-1980, quand Carlo Gambino son parrain était « capo di tutti capi », puis après sa mort elle connut le déclin notamment à cause des parrains de la famille Gotti. La famille Gambino (connue aussi, avant 1957, comme famille Mangano) est créée véritablement en 1931. Son influence s’exerce principalement dans l’Est des États-Unis mais elle s’étend aussi jusqu’en Californie. Ses activités sont le prêt à taux usurier, le racket, la prostitution, le trafic de drogue, les paris, les contrats d’assassinat, vols de voiture, escroqueries, évasion fiscale, gestion de chantiers de construction, de bars, de discothèques best water belts for running, d’hôtels, de cimenterie et des quais du port. Son effectif est évalué à environ 260 affranchis et 4 000 associés. Elle est en termes de puissance un peu inférieure à la famille Genovese.

La famille Bonanno connut son apogée sous le règne de Joseph Bonanno, alias « Joey Bananas ». Cola Schiro fonda l’organisation criminelle qui deviendra plus tard la famille Bonanno durant la Prohibition. Salvatore Maranzano, un Don qui, de façon arrogante, se proclamait lui-même capo di tutti capi (chef de tous les chefs), succéda à Schiro. Maranzano fut un des principaux instigateurs de l’organisation des cinq familles de New York. Il fut à la tête de la famille jusqu’au 10 septembre 1931, quand il fut tué dans son bureau à Park Avenue, à Manhattan (New York). Après ce meurtre, et pendant les 4 décennies suivantes, la famille fut gouvernée par Joe Bonanno, un autre traditionaliste qui est originaire du même village sicilien que Maranzano (Castellammare del Golfo).

Les choses changèrent pour la famille quand le patriarche Joe Bonnano s’envola pour l’état ensoleillé de l’Arizona en 1968 après avoir échoué dans son plan insensé qui était de tuer les parrains des familles rivales de New York et du New Jersey. Au milieu des années 1970, l’agent du FBI Joseph D. Pistone, mieux connu sous le nom de « Donnie Brasco », infiltra avec succès un crew (membre) des Bonanno, qui entraîna les condamnations de 17 mafieux et associés dans les États de New York et à Milwaukee. Ce fut la première fois qu’un agent fédéral infiltrait ainsi une famille de la Mafia et obtenait de tels résultats.

En 1979, l’acting boss Carmine Galante fut assassiné dans un restaurant de Brooklyn. Le meurtre fut commandé par Philip « Rusty » Rastelli qui était à l’époque le boss officiel de la famille Bonanno et Anthony « Bruno » Indelicato, un jeune capo. Rastelli devint peu après le nouveau boss de la famille.

De 1991 à 2004, Joe Massino fut boss de la famille. Les journaux appelaient Joe Massino « le dernier parrain ». Il possédait un restaurant dans le Queens, le Casablanca, d’où il dirigeait ses affaires. En 2004, il a fait face à un procès qui pouvait lui coûter la peine de mort (il était accusé de plusieurs meurtres, d’extorsion, d’usure, de blanchiment d’argent, d’organisation de jeu illégal et d’incendie criminel). En 2005, Massino décida de devenir informateur. Malgré cela il écopera quand même de la prison à vie.

De 2004 à 2006, le boss de la famille était Vincent « Vinny Gorgeous » Basciano. Lorsqu’il était capo, le crew de Vinny Basciano était implanté dans le Bronx. Basciano est actuellement en cours de procès pour racket et meurtre plastic water bottles. Trop exposé, Basciano a laissé le poste de boss à Michael Mancuso. Le trafic de narcotiques est la principale source de revenus de la famille, mais ils sont aussi impliqués dans le jeu clandestin, le déménagement et l’emmagasinage de marchandises et la construction. La famille possède également des sociétés immobilières, des pizzerias et des cafés, ainsi que des parkings privés.

La famille Colombo a été fondée par Joseph Profaci, ami intime de Joseph Bonanno, chef de la famille mafieuse Bonanno. La fondation de la famille Colombo, ou famille Profaci avant 1962, remonte à 1928, son premier parrain fut Joe Profaci, et ce jusqu’en 1962. Son actuel parrain est Carmine Persico. Ce fut certainement la famille la moins influente de la mafia new-yorkaise mais elle tenait une place privilégiée car elle a su rester hors des conflits. Ses activités s’articulent autour des blanchisseries, des transports, de la prostitution, de la location de camions, du bâtiment, des cimenteries, du traitement des déchets et de la réalisation de films pornographiques, notamment le film Deep Throat.

La famille Lucchese fut fondée par Vito Cascio Ferro, parrain sicilien. Son apogée a été sous Tommy Lucchese, comme rivale de la famille Gambino. Famille Lucchese ou famille Gagliano avant 1953. Sa création remonte à 1917. Mais elle fut réellement fondée en 1931 par Gaetano « Tommy » Gagliano. Elle fut rivale des familles Gambino et Genovese durant les années 1980. Son effectif est d’environ 100 affranchis et de 1 100 associés.

Cette famille fut fondée en 1909 par Joe Masseria, parrain sicilien. Elle connut son apogée sous Lucky Luciano dans les années 1950-1960, quand celui-ci était « capo di tutti capi », puis elle déclina tout comme les autres familles à partir de 1991. Famille Genovese ou famille Luciano avant 1957, est surnommée la « Rolls Royce du crime organisé ». Elle peut rivaliser, en taille et en puissance, avec la famille Gambino et l’Outfit de Chicago. Elle continue à maintenir son influence sur des « familles » mafieuses plus petites en dehors de New York. Celles-ci comprennent les familles Patriarca, de Buffalo, de Syracuse, d’Albany et de Philadelphie.

La famille Genovese a manipulé des membres de la famille de Philadelphie pour assassiner leur parrain, Angelo Bruno, afin de récupérer leur territoire d’Atlantic City. Bien que la puissance de la famille semble décliner ces dernières années, particulièrement depuis la mort de Vincent « Chin » Gigante, en 2005, elle reste la mieux organisée et la plus puissante par rapport aux autres familles mafieuses de New York.

ROG G20

lördag, november 26th, 2016

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le ROG G20 est un ordinateur de bureau atypique, destiné en principe au gaming (ROG signifie Republic of Gamers) et de petite taille, intermédiaire en encombrement entre un gros PC portable et une mini-configuration secteur.

Il a été annoncé en septembre 2014.

Une de ses originalités est le report de ses deux alimentations (une pour le CPU et une pour le circuit graphique) à l’extérieur du boîtier pour un meilleur refroidissement. Son design effectue un clin d’œil à celui des superordinateurs, toutes proportions gardées puisqu’il n’est motorisé au mieux, en juillet 2015, que par un Intel 4790 avec 16 Gio de RAM (passmark : 11000 environ).

Les cartes graphiques de ses différentes déclinaisons (GTX 750, 760, 770… (en), G3Dmark de 3200 à 6100) plastic water bottles, sont appropriées aux affichages multi-écrans comme au 4K. Les connexions sont possibles par DVI ou DisplayPort(s).

Sa configuration et son silence permettent également de l’envisager comme outil de montage vidéo ou comme station de calcul scientifique, bien que la grande difficulté ou pour certains l’impossibilité d’y installer Linux soit un sujet largement mentionné sur la Toile. En revanche, la puissance de calcul du 4790 combinée avec les 8 Go de RAM permettent de faire tourner avec de bonnes performances des machines Linux de développement, par exemple sous KDE Neon 5.7 ou Ubuntu MATE 16.04 LTS) sous la version gratuite de VMware tout en commutant instantanément entre Linux et Windows par hot key, ce qui est plus confortable qu’un reboot.

La machine est déclinée dans plusieurs versions : motorisations Intel ou AMD, présence ou non d’un SSD. Son évolutivité est limitée par l’espace restreint qu’offre son boîtier : on pourra remplacer RAM, carte graphique, disque dur et éventuel SSD par des composants standards de plus grande capacité et/ou de moindre dissipation thermique (s’ils sont de même taille et connectique), mais on ne peut rien y ajouter en interne. Toutefois la présence de 4 ports USB3, 4 ports USB2 et un Ethernet gigabit permettent des extensions comme disques auxiliaires et connexion à un serveur de stockage en réseau (”NAS”).

Cette machine cible apparemment un public intermédiaire qui n’est ni tout à fait celui des joueurs sur console, habitués à disposer d’un matériel de base simple livré prêt à l’emploi, ni vraiment celui des hardcore gamers, qui assemblent plus volontiers leurs propres machines, ne se contentent pas toujours d’une seule carte graphique et sont friands de tuning au moins logiciel (programmation de LEDs) et parfois matériel (modding). Les possibilités sont réduites ici à la personnalisation fine (et manuelle, par utilitaire fourni) de trois panneaux de LEDs sur le corps de la machine, et celle éventuellement d’un clavier RGB si on en achète un.

01net.com mentionne à ce sujet que dans les 12 litres du boîtier « faire évoluer la machine ne sera pas facile » et signale des nuisances sonores notables du modèle le plus haut de gamme (GTX 770) en hardcore gaming poussé. Après une comparaison avec la série Alienware de Dell running with a hydration pack, qui mise également beaucoup sur le design, il avance cependant « le G20 incarne [les] ordi gaming de demain : à la fois petits et terriblement costauds » .

Clubic.com effectue aussi quelques comparaisons avec l’Alienware X51 et plus généralement les autres PC de type brick avec quelque ironie («&nbsp waist pack with water bottle;Le X51 et le G20 sont, globalement, de grosses consoles. »).

PC Update, dans son numéro de septembre-octobre 2015 et sans mentionner directement cette machine, mais plutôt son créneau, rappelle qu’il n’est pas nécessaire de faire du sport pour apprécier de conduire une voiture de sport ni d’être un joueur intensif pour goûter le plaisir d’avoir une belle machine noire et rouge, véloce de surcroît.

Le 14 juin 2016 et bien que cette machine ait été annoncée depuis deux ans déjà, TOP TECH la mentionne parmi les 8 meilleures machines de gaming de 2016 au milieu pourtant de quelques poids lourds dont certains bien plus récents.

Ces consommations représentent l’essentiel des besoins en dissipation thermique. Celle du disque dur et a fortiori du SSD sont inférieures pour chacun à 10 W.

Selon le site de leur fondeur Intel pour les G20AJ :

Il existe également un modèle G20BM dont les motorisations sont des A6, A8 et A10.

Les cartes Radeon disponibles sont : R9 270, R9 255, R7 240 et R5 235X.

Plusieurs tutoriaux existent sur YouTube permettant de faire évoluer le SSD, la taille de la RAM, ou encore d’en changer la carte graphique.

Un successeur de cette machine a été annoncé au CES 2015, remplaçant la GeForce GTX 780 par la GTX 980, plus récente (mais de caractéristiques très voisines en puissance comme en dissipation thermique). En septembre 2015 sont annoncés des modèles à base de processeurs Skylake et de DDR4

Willy Voet

lördag, oktober 8th, 2016

Willy Voet, né le à Malines, est l’ancien soigneur belge des équipes cyclistes Flandria, RMO, et Festina.

Willy Voet naît le à Malines. Son père est conducteur de train à la SNCB, et sa mère rempaille des chaises au domicile familial. Son père est également footballeur semi-professionnel et joue au poste d’arrière-droit au FC Malines. À la fin de sa carrière, il fait du vélo en vétéran. À 15 ans, Willy Voet commence le cyclisme à son tour au Dijlespurters de Malines. Il remporte au total une vingtaine de courses. En juniors, il côtoie Eddy Merckx, Herman Van Springel, Walter Godefroot.

Il devient coureur amateur en 1962, à 18 ans, et le reste jusqu’à 23 ans. Il consomme ses premières amphétamines cette année-là, initié par un ami et coéquipier. Il y a ensuite fréquemment recours. Le père de Willy Voet devient progressivement plus ambitieux pour son fils, et plus exigeant. Lors de sa deuxième année, Willy Voet bénéficie des soins d’un masseur ayant été coureur professionnel qui l’initie à d’autres méthodes de dopage : des solutions d’hormones mâles à boire durant la semaine précédant la course. Après avoir quitté l’école à 18 ans plastic water bottles, Willy Voet est pompiste dans un garage de Malines pendant deux ans. Il effectue ensuite son service militaire en Allemagne à Siegen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), où il est chauffeur du colonel. À son retour, il est porteur de journaux. Ce métier lui permet de s’entraîner l’après-midi, après avoir effectué sa tournée à vélo le matin. Il arrête ce travail au bout de deux ans, en même temps que sa carrière de coureur amateur.

Devenu chauffeur d’autocar, Willy Voet croise six ans plus tard, en 1972, Jos Deschoenmaecker et Edward Janssens, deux coureurs professionnels avec lesquels il a couru chez les amateurs. Ils lui proposent de les accompagner le week-end suivant au Grand Prix de Fourmies. Willy Voet suit ensuite Janssens sur d’autres courses. Il apporte son aide au staff de son équipe, Magniflex, et le masse parfois. À la fin de l’année 1976, il s’inscrit au BLOSO à Gand pour y suivre une formation de 18 mois afin de devenir masseur. Après avoir travaillé au noir à la pige pour diverses équipes, il est recruté en 1979 par l’équipe Flandria-Ça-va-seul, dirigée par Jean de Gribaldy, qu’il a connu lorsqu’il dirigeait Magniflex. Il est ensuite employé par les équipes Marc Zeepcentrale en 1980, Daf Truck en 1981, puis l’équipe Sem-France-Loire de Jean de Gribaldy en 1982 et 1983 leak proof insulated water bottle.

En 1989, il est recruté par l’équipe R.M.O.. Il y reste jusqu’à sa disparition à la fin de l’année 1992. Il rejoint ensuite l’équipe Festina en compagnie d’autres membres de RMO, dont le directeur sportif Bruno Roussel, et le coureur Pascal Lino, par l’entremise duquel il est recruté.

Willy Voet travaille également occasionnellement avec des équipes nationales. En 1982, il fait ainsi partie du staff de l’équipe de Belgique aux championnats du monde sur route. Il travaille avec l’équipe d’Irlande aux championnats du monde de 1980 et 1983. De 1994 à 1997, il accompagne l’équipe de France aux championnats du monde sur route.

Il est impliqué dans l’affaire Festina en 1998. À trois jours du départ du Tour, le 8 juillet, à 5 h 40 du matin, au détour d’une petite route de Dronckaert à la frontière franco-belge, Willy Voet est interpellé au volant de sa Fiat aux couleurs de Festina par des douaniers. Ce qui devait être un contrôle de routine aboutit à la fouille de la voiture : dans le coffre, les douaniers mettent la main sur des sacs isothermiques contenant plus de quatre cent flacons de produits dopants et stupéfiants (235 ampoules d’EPO, 120 capsules d’amphétamines, 82 solutions d’hormones de croissance, 60 flacons de testostérone, des corticoïdes et des amphétamines). Une rumeur circulant dans les caravanes du Tour veut que Willy Voet ait été dénoncé « aux services douaniers par le directeur sportif d’une équipe concurrente, inquiet de la suprématie grandissante des Festina ».

Placé en garde à vue, Willy Voet avoue trois jours plus tard. Une information judiciaire est ouverte pour importation en contrebande et circulation irrégulière de marchandises prohibées. Le 17 juillet, Bruno Roussel, directeur sportif de Festina, déclare par l’intermédiaire de son avocat : « Oui, il existe un système de dopage organisé au sein de l’équipe ». Jean-Marie Leblanc, le directeur du Tour, décide alors d’exclure Festina de la compétition le jour même, à 23 heures.

Willy Voet est mis en examen par le juge lillois Patrick Keil et écroué deux semaines. Le 22 décembre 2000, le tribunal correctionnel de Lille le condamnne à 10 mois d’emprisonnement assorti du sursis et 30 000 francs d’amende pour avoir transporté des produits dopants.

Ce que dénonce Willy Voet, notamment dans son best-seller Massacre à la chaîne, révélations sur 30 ans de tricheries, c’est un dopage institutionnel, c’est-à-dire totalement intégré au monde du cyclisme, et non des pratiques ponctuelles et circonscrites au seul coureur cycliste: l’entourage participe à l’organisation empirique et scientifique du dopage.
« Les années 80 furent beaucoup plus agréables. Tout le monde faisait pareil, ça marchait aux amphétamines et aux corticoïdes. Dans les années 90, il y a eu beaucoup plus d’argent en jeu et l’EPO a fait son entrée. » déclare-t-il.

Dix ans après son arrestation dans l’affaire Festina, Willy Voet prétend que rien n’a changé dans le cyclisme, se basant notamment sur les contrôles positifs à l’EPO de Riccardo Ricco, Leonardo Piepoli, Stefan Schumacher et Bernhard Kohl, ainsi que sur la présence à des postes de directeurs dans des équipes cyclistes d’anciens dopés, comme Bjarne Riis et Kim Andersen enzymes in meat tenderizer.
Questionné en 2008 sur une éventuelle disparition du dopage dix ans après l’affaire Festina, il répond : « Quand on voit l’allure à laquelle roulent les coureurs… Ça va aussi vite qu’avant, voire plus vite. Je ne vois pas comment les choses auraient pu changer. Gagner le Tour à l’eau claire, ça me paraît difficile. Mais pour moi, ce n’est pas grave. C’est toujours le meilleur qui gagne. ».


MCM Rucksack | Kelme Outlet | maje dresses outlet| maje dresses for sale

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet Liten blir stor